Comment l’e-commerce bouleverse les modes de consommations

Le territoire et sa vie économique
21 juillet 2021

L’e-commerce transforme les modes de consommation chez les particuliers, mais également au sein des entreprises. Ces dernières misent désormais sur l’optimisation des chaines logistiques pour accroitre leur productivité.

L'évolution du e-commerce dans notre consommation

Une part croissante dans le commerce mondial

La revue LSA en 2018 annonçait que les marketplaces B2C devaient représenter l'année suivante 50 % du volume des ventes du e-commerce mondial : dans le cadre de son bilan 2020 la FEVAD, (fédération e-commerce et vente à distance) indique que ce secteur représente désormais 13,4 % du commerce de détail (contre 9,8 % en 2019). La part croissante du e-commerce touche également le marché B2B en ligne qui représente un volume de 9.500 milliards de dollars en 2020, soit près de quatre fois le marché BtoC. En outre, 89 % des e-acheteurs considèrent que l'e-commerce est positif pour les consommateurs, laissant ainsi entrevoir une poursuite de cette dynamique pour l’année en cours. Cette transformation des modes de consommation s’explique par le potentiel du modèle marketplace, qui en réunissant en une seule plateforme l’ensemble des catalogues produits améliore considérablement l’expérience client. Un phénomène renforcé par la crise sanitaire et les confinements, entraînant également une mutation des flux et de l’immobilier logistique.

L’optimisation des modes d’achat et de distribution

Pour les entreprises, l’outil digital devient incontournable en ce qu’il permet de rassembler la totalité de leur offre sur une même plateforme. A l’instar des particuliers, les entreprises elles-mêmes consomment aujourd’hui via le e-commerce puisque selon la société Galilée, 93% des acheteurs professionnels souhaitent faire leurs achats B2B en ligne. Le commerce électronique influe positivement sur plusieurs domaines : l’achat/vente bien sûr, mais également la gestion des ressources humaines ou les projets innovants. Ce mode de consommation transforme la logistique urbaine, les entreprises souhaitant désormais installer leurs entrepôts au plus près du client. L’ensemble de la chaîne logistique connaît un processus de digitalisation en se connectant directement aux acheteurs à travers le strategic sourcing (collecte de données notamment) et les logiciels Software as a Service ou SaaS : c’est l’avènement de la supply-chain 4.0. L’évolution des systèmes et process qui accompagne celle des modes de consommation optimise la gestion et les relations avec les clients ou fournisseurs, favorise la collaboration entre les services et la fluidité entre la chaine logistique, la fonction de production et la distribution. Pour les entreprises, cela se traduit par une productivité et des marges accrues.

 

Articles en lien

Port-L’Ardoise : vers une nouvelle gestion, pour mieux exploiter le potentiel logistique

L’activité du port de Laudun-L’Ardoise s’est réduite, après la fermeture de l’usine ArcelorMittal, il y a une quinzaine d’années. A partir de 2023, la Compagnie nationale du Rhône va récupérer la gestion globale. Un schéma de développement du transport fluvial va être impulsé par VNF le long du Rhône.

L'Actiparc Mitra : une zone en plein développement mais déjà trop petite

L’Actiparc Mitra se présente comme une zone particulièrement recherchée par les acteurs de la logistique en raison notamment de sa position stratégique. Faisant ainsi l’objet d’une demande particulièrement forte, l’offre foncière du territoire se réduit rapidement.

Les entreprises gardoises du TP poussent les collectivités à accélérer leurs investissements

Comment accélérer l'investissement local dans les infrastructures vertes ? C'est le thème du débat organisé début mai à Nîmes par la délégation gardoise de la Fédération régionale Travaux Publics (FRTP) Occitanie Méditerranée.